samedi 11 avril 2015

Le Dernier Héros (The Last Hero), 23ème tome des Annales du Disque-Monde, de Terry Pratchett (2001)

Angleterre, 2001
de Terry Pratchett
Illustrations de Paul Kidby

De quoi ça parle ?


Cohen le barbare et sa Horde Argentée de héros grabataires partent pour leur dernière aventure : ils vont rendre le feu aux dieux (en les faisant exploser, petit détail). Il faut les en empêcher avant que leurs actions ne détruisent le Disque-Monde.



Et c'est comment ?


Le papa : - Un magnifique livre illustré qui pourra émerveiller ma fille pendant longtemps. L'histoire est un peu plus courte que la moyenne, pour laisser la place aux délectables dessins de Paul Kidby.

Le collectionneur : - Le voilà ! Celui qui n'est pas sorti en poche et qui avait décalé ma numérotation ! Heureusement que la plupart des tomes du Disque-Monde sont indépendants sinon ça m'aurait mis dans la mouise.

La fin du Disque-Monde ?


- On a vu Pratchett faire des scénarios plus originaux que celui-ci. Mais il trouve son intérêt dans son casting haut de gamme. Jugez plutôt : Rincevent, Carotte Fondeurenfersson, le bibliothécaire et Leonard da Quirm partant à la rencontre de Cohen le barbare. On pourra juste regretter que le Bagage et Sam Vimaire restent au second plan, mais c'est un quasi sans-faute pour une histoire qui ne tourne pas directement autour de la Mort (elle tourne autour du Disque-Monde, celle là, littéralement).

Le nécrologue : - Profitons de cette notule pour tirer un coup de chapeau au sieur Terry Pratchett, qui nous a quitté récemment. Je parie qu'il a eu un petit entretien absurde avec un certain Faucheur qui parle en majuscules.



Note globale : 4/6
Légendes vivantes : 8
Auteurs morts : 1


Premier paragraphe



Le cadre de notre histoire est un monde posé sur le dos de quatre éléphants, eux-même juchés sur la carapace d'une tortue géante. C'est l'avantage de l'espace. Il est assez vaste pour contenir à peu près n'importe quoi, et tôt ou tard il ne s'en prive pas.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'anarchiste : A priori je ne modère pas les commentaires. Mais si vous êtes des connards, je vous pète les genoux. Bisous.