lundi 1 juin 2015

Goal of the Dead, Première mi-temps, de Benjamin Rocher (2014)

France, 2014
Réalisation : Benjamin Rocher
Scénario : Tristan Schulmann, Nicolas Peufaillit, ...
avec : Alban Lenoir, Charlie Bruneau, Tiphaine Daviot, Patrick Ligardes, ...

De quoi ça parle ?


Sam Lorit, vétéran de l'Olympique de Paris, vient avec son équipe pour disputer un match contre l'équipe de Caplongue, son village d'enfance. Mais les Caplongais sont rancuniers, et ils lui en veulent encore d'être parti à Paris, il y a 17 ans. Rajoutons à ça du dopage avec des produits douteux venus de Russie, et on obtient un film de zombies dans un stade.

Sam Lorit revient. Et il était content. Et puis finalement pas.

Et c'est comment ?


La feignasse : - Je suis loiiiiin d'être un footeux, mais la peinture qui est faite du milieu m'a parue crédible. Et il faut reconnaître que l'idée d'une contamination de masse dans un stade de foot est originale. Ou en tout cas c'était la première fois que moi, je voyais ça, et j'ai la flemme de vérifier si ça s'était déjà fait avant.

Le narrateur : - Bon OK c'est bien, tous les enjeux sont posés et on est prêts pour que ça charcle du zombie à coups de crampons... Et ça s'arrête en attendant la "2ème mi-temps" du film (prochainement sur ce blog).
Alors ça fait râler, mais en même temps cette structure est bien vue, en ce sens qu'elle nous laisse bien le temps de faire connaissance avec les personnages.
Benjamin Rocher a ainsi pu faire un film quasiment exclusivement axé sur la tragédie personnelle de l'enfant du pays qui se voit conspué par tout son ancien village, avec juste le tout début de la contamination. Il laissera ensuite à son comparse Thierry Poiraud le soin de réaliser la deuxième partie, qui s'annonce plus sanglante.

L'esthète : - J'interviens juste pour noter ici à quel point j'ai trouvé pertinente l'utilisation de ralentis et d'arrêts sur image pour rendre plus lisibles les actions, sportives ou sanguinolentes, qui nous auraient peut-être largués sans ça.

Ah y'en a des crevures dans le milieu du football professionnel !

Note globale : 4/6
L’œil du pervers : 1/6
Test de Bechdel : 2/3
Supporters encore plus crétins que les autres : 4

On peut jeter un œil ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'anarchiste : A priori je ne modère pas les commentaires. Mais si vous êtes des connards, je vous pète les genoux. Bisous.