dimanche 14 juin 2015

Astérix et Cléopâtre, de René Goscinny et Albert Uderzo (1968)

Belgique, 1968
de René Goscinny et Albert Uderzo

De quoi ça parle ?


Cléopâtre a parié avec César que son peuple n'était pas si décadent, et qu'elle pouvait faire construire un palais somptueux en trois mois. Son architecte incompétent ne peut que demander l'aide des Gaulois.


Et c'est comment ?


Le name-droppeur : - On est à cheval entre l'esprit de la BD d'origine et celui de Tex Avery. On entendra avec bonheur Roger Carrel, Micheline Dax et Pierre Tornade au doublage. On regrettera que les pirates ne soient pas ceux qu'on trouve dans les BD en hommage au Barbe-Rouge de Charlier et Hubinon (des histoire de droits ?)

Le mélomane : - Le pouding à l'arsenic est mythique. Encore plus quand il est repris par les Colocs.





Le résumeur : - Vous vous rendez bien compte que je ne sais comment justifier mon appréciation pour ce film, qui s'explique surtout par des souvenirs de gosse.

Note globale : 4/6
L'oeil du pervers : 1/6
Cuillères de purgatif : 2  ("- Ho Ho, je vais en mettre trois.")

 

On peut jeter un oeil ?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'anarchiste : A priori je ne modère pas les commentaires. Mais si vous êtes des connards, je vous pète les genoux. Bisous.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...