vendredi 22 mai 2015

Ripoux 3, de Claude Zidi (2003)

France, 2003
Réalisation : Claude Zidi
Scénario : Claude Zidi, Simon Michaël
avec : Philippe Noiret, Thierry Lhermitte, Loránt Deutsch, ...

De quoi ça parle ?


Les années ont passé. René Boisrond est à la retraite, et François Lesbuche est commissaire à l'IGS.
René se retrouve accidentellement avec un million d'euros et les perd tout aussi accidentellement. Les chinois veulent la thune et René va devoir improviser avec l'aide de son vieux pote François, lui-même flanqué d'un jeunot à qui il doit apprendre le métier.
Préparation avant explosion : on se bouche les oreilles et on ouvre la bouche.

Et c'est comment ?


L'anarchiste : - Tiens, les flics sont toujours des gros cons racistes. C'est fou...
A part ça, c'est plutôt une bonne surprise. Je m'attendais à un truc tout pourri, une tentative de renouer avec le succès en repompant des films qui avaient marché à leur époque. Et au final c'est assez bien foutu.
C'est plus un film de braquage qu'un film de flics, et le rythme est bon.

Le pinailleur : - On a toujours quelques problèmes de continuité entre les différents épisodes, mais bon si on regarde le scénario de trop près, comme d'hab, il ne tient pas la route. Référez-vous à l'Odieux Connard pour ça.

L'indulgent : - Loránt Deutsch est plutôt drôle en jeune flic qui découvre le métier de manière non-conventionnelle (" Vraiment, c'est sympa en fait la police, je voyais pas ça comme ça !").
Le scénario va de rebondissement foireux en rebondissement encore plus foireux et je me suis vraiment laisser embringuer dans l'affaire.


Note globale : 4/6 (mieux que les précédents, héééé oui...)
L’œil du pervers : 0/6
Test de Bechdel : 1/3
Zombis : 0


On peut jeter un œil ?

 

 



2 commentaires:

  1. Franchement en toute honnêteté, je n'ai jamais été un gros fan des comédies françaises, bourrés de clichés, manque d'ambition, et surtout un total désamorçage qui nous laissent coït. Je préfère de loin les comédies américaines, certes un peu bas de plafond pour certaines mais tellement
    jouissives pour d'autres (les "Z.A.Z; Farelly Bros et j'en passe.
    Je suis aussi très friand de l'humour anglais.
    Mais mon film préféré n'est ni américain ni anglais puisqu'il s'agit de "Affreux, Sale et Méchant", un film qui possède plusieurs niveaux de lectures et dont je ne me lasse jamais de le regarder.

    RépondreSupprimer
  2. Ah, les Z.A.Z. ! J'ai niqué ma VHS de y'a-t-il enfin un pilote dans l'avion à force de le mater en boucle quand j'étais jeune.

    RépondreSupprimer

L'anarchiste : A priori je ne modère pas les commentaires. Mais si vous êtes des connards, je vous pète les genoux. Bisous.